Skip to main content

La genèse d’un cercle

Exposition de dessin au graphite

par Louise Marois

La genèse d’un cercle

Dessins au graphite

Parallèlement à l’écriture, le dessin, matière primaire pour nommer autrement la poésie, pour exprimer vertement l’état de vulnérabilité, de précarité. Dessiner, oui, des mailles tirées, des nœuds, des fils qui font ornements de pauvreté. De végétal à sanitaire, de racine à écorce, tous sont axiomes, tous sont indubitablement voués à guérir, à soigner. Il le faut, car si tout finit par s’abimer et pourrir de trop de promiscuité, de trop de trous béants de silence, alors il faut des pansements, une chienne, il nous faut de quoi s’entrelacer.

L’écriture est jumelée au dessin et vice versa. Davantage un travail de mémoire, de sensation, d’état difficiles à décrire donc à écrire. Le dessin vient souvent au secours de l’écriture alors l’écriture n’est plus seule. Parfois les dessins accompagnent les recueils, font écho au poème, jamais en appui.

La genèse d’un cercle est une série d’éléments issus exclusivement de la nature, convaincue que leurs marques sont distinctives à l’être humain. Tout est évoqué en partie de manière réaliste, mais aussi irréaliste, car s’en trouve dans les détails crus et vifs de l’œuvre picturale, tel un portrait humain, une foule d’entrées et de sorties possibles pour l’imaginaire. Ces dessins au graphite offrent un tout autre monde, celui d’une fiction réelle ou peut-être inventée. Exclusivement de forme circulaire ou ovoïde, ils suggèrent l’évolution ou à l’inverse peut-être, la décomposition, mais, et surtout, l’inexorable cycle dans lequel l’humain s’est invité.

Bien que graphiste de formation, son premier recueil, La peau des yeux, reçoit en 2004 le Prix Jacqueline-Déry-Mochon. La cuisine mortuaire et D’une caresse patentée (illustrés), sont finalistes au Prix littéraires du gouverneur général – catégorie Poésie, en 2019 et 2020. Son plus récent recueil Trêve, toujours chez Triptyque, sera traduit en anglais aux éditions Brick Books. Violet, son dixième recueil, sera publié aux Noroît à l’hiver. Elle est, depuis 2019, directrice artistique à la revue Les écrits. Louise Marois est née à Montréal, elle vit et travaille maintenant à Sherbrooke.

Vernissage vendredi le 2 février 2024 en formule 5 à 7

Exposition ouverte au public: Les samedis et dimanches 3-4-10-11-17-18-24-25 février 2-3 mars 2024.

De 13h à 16h

Dévernissage en présence de l’artiste dimanche 3 mars de 13h à 16h.